Accueil > Un Peu d’Histoire Syndicale

Un Peu d’Histoire Syndicale


En 1946, dans un transport aérien encore embryonnaire, les navigants ont senti l’impérieuse nécessité de se constituer en organisation représentative. C’est ainsi que naquit le SNOAM, (Syndicat National des Officiers de l’Aviation Marchande) regroupant tous les professionnels pilotes, navigateurs, radios et mécaniciens. Les démons des particularismes et l’esprit de caste ont fini, dix ans plus tard, par faire éclater cette belle unité et amené la création de syndicats de spécialités : SNPL (Pilotes), SNOMAC (Mécaniciens), SNORAC (Radio), etc... L’esprit de chapelle et l’égoïsme aidant, les menaces planant sur une spécialité condamnée à la disparition au nom du progrès et de la technologie ont stérilisé les actions collectives. Certains navigants non encore menacés, se lavèrent les mains de ce qui pouvait et ne manquerait pas de se produire à plus ou moins longue échéance. Pourtant à brève échéance, les mêmes menaces allaient frapper leur propre spécialité. Une Fédération Nationale, regroupant la totalité des syndicats PN, permit néanmoins un minimum de concertation et un comportement unitaire dans les instances officielles. La coexistence du SNOMAC et du SNPL disparut en 1984 à l’occasion d’un déménagement du SNPL depuis le centre Gambart de Lignières à Orly vers Pantin. La Fédération a ainsi cessé d’exister et le chacun pour soi est devenu la règle. D’une première scission au sein du SNPL, le SPAC Air France naissait la même année et oeuvrait en accord avec le SNOMAC. Le conflit sur la composition d’équipage des A320 Air Inter amena la naissance du SPAC Air Inter en 1987 suivi du SNPL Air Inter en 1988... Toujours des scissions du SNPL. Quelques années plus tard, naissait le SPIT (encore une scission du SNPL) devenu le SPAF à Air France. Ressentant le besoin de s’exprimer d’une seule voix au sein de la compagnie Air Inter, le SPAC Air Inter, le SNPL Air Inter et la section Air Inter du SNOMAC se regroupaient dans l’USPNT Air Inter. Après de longues luttes en commun sur la composition d’équipage, ils disparaissaient au moment de la fusion Air France- Air Inter en gardant le seul SNPL Air Inter, devenu ALTER en 2000. Plus tard, avec l’aide d’un SNOMAC à bout de souffle, le SPAC réussit à sortir ALTER d’une USPNT Nationale qui n’a jamais joué son rôle de contrepoids à l’hégémonie du SNPL. En perte de vitesse notoire, le SPAC préférait fusionner avec le SNPL en 2007. Dans un paysage syndical quelque peu atypique à Air France, ALTER entends jouer le rôle d’un syndicat défenseur des droits des Pilotes, même si ses actions ne sont pas toujours reconnues à leur juste valeur.