Accueil > Actualités > Communication & Média > De la revendication au rapport de force

De la revendication au rapport de force

19 octobre 2017

De la revendication au rapport de force

Si la séquence de négociations portant sur un nouvel accord pilote s’est refermée le 17 juillet dernier par la signature de Trust Together par le SNPL, il n’en reste pas moins que l’actualité sociale tant sur le plan interne (Sécurité des Vols, rémunération pilote, projets métiers au travers du GMP, GP…) que sur le plan national (ordonnances Loi Travail 2) reste très dense. Malgré des moyens syndicaux bridés par sa non-représentativité, ALTER entend néanmoins défendre notre profession dans tous les champs sociaux avec détermination et compétence.

Mais dans cette période où gouvernement et patrons marchent plus que jamais main dans la main pour tenter d’imposer au monde du travail, sans aucune concertation, des contre-réformes antisociales qui réduiront, demain, notre capacité à lutter contre les directions des entreprises, où la quasi-totalité des bureaucraties syndicales nationales font montre, une fois de plus, de mépris envers les salariés en les divisant et en organisant la non-convergence des luttes, une absolue nécessité doit s’imposer à nous toutes et tous, pilotes, et plus généralement salariés :

l’UNITÉ !

C’est pour cela que l’ensemble des organisations syndicales d’Air France a récemment envoyé à la direction un courrier lui demandant l’ouverture de négociations d’un accord sur les Facilités de Transport à Air France (lire article ci-après).

C’est pour cela que nous avons participé à l’ouverture, dès lundi dernier, d’une séquence intersyndicale pilote en vue d’élaborer une stratégie et des revendications unitaires pour une légitime revalorisation de la rémunération Pilote dans les toutes prochaines semaines.

C’est pour cela qu’ALTER s’implique, sur le plan national, dans les mobilisations intercatégorielles et intersyndicales pour défendre le Code du Travail.

Il est donc du ressort des responsables des organisations professionnelles de tout mettre en œuvre pour aboutir à la construction de ces fronts communs intersyndicaux, qu’ils soient corporatistes ou nationaux. Une fois établis, ces fronts communs ne peuvent pas espérer gagner s’ils sont incapables d’établir un rapport de force à la hauteur des enjeux, face à une direction unie avec son Conseil d’administration, quand ce n’est pas avec le gouvernement lui-même. Et l’élément fondamental et primordial de tout rapport de force sans quoi rien n’est envisageable, sans quoi aucun espoir de conquêtes sociales n’est possible, est : d’une part, le Pilote pour ce qui concerne notre profession, de l’autre tous les salariés pour ce qui a trait aux combats contre les politiques nationales régressives (qui, si elles sont mises en œuvre, impacteront de fait toutes les entreprises… pilotes y compris).
Cet engagement indispensable du salarié-pilote, pour ne parler que de lui, à l’appui de ses organisations syndicales dans la lutte sociale, n’est pas le synonyme d’un suivisme moutonnier. Bien au contraire, les syndicats doivent aussi savoir entendre et se nourrir des revendications portées par leur base.

À ce jour, pour ce qui concerne le calendrier revendicatif pilote, la première étape, l’unité intersyndicale pilote, est en cours de construction : aboutira-t-elle ou non ? Les prochaines semaines nous le dirons. De celle-ci dépend, effectivement et avant toute chose l’avenir de notre profession, pensons-nous à ALTER.