Accueil > Actualités > Air France > La leçon de morale du chef pilote

La leçon de morale du chef pilote

8 août 2018

La leçon de morale du chef pilote
Faites ce que je dis, pas ce que je fais

Nous avons tous reçu cette complainte du chef pilote Airbus LC, T Fontaine, concernant les supports simulateurs. Outre le ton employé, la recopie in extenso du message précédant du chef pilote 320 concernant le compagnonnage que constitue un support simu et la « détresse » d’un pilote dont le contrôle serait reporté faute de support marque une absence de conviction la plus totale.

Cette partie du message, s’agissant de l’auteur original, est probablement emplie de bienveillance et d’empathie vis-à-vis des stagiaires. Certains Pilotes nous ont rapporté y avoir lu de la condescendance et de la culpabilisation. En revanche, s’agissant de M Fontaine, le fait de reprendre les réflexions d’un de ses pairs chef pilote ne nous laisse que peu de doute : il n’a pas d’autre volonté que de pointer le méchant salarié pilote qui refuserait de compenser la gabegie organisationnelle de la DGOA dans le contexte d’effectifs ultra tendus face à LEURS décisions passées de ne pas embaucher et de geler tout acte de carrière.

La question se pose sur ses propres responsabilités, et probablement préfère-t-il les esquiver plutôt que d’assumer. Quand il demande à chacun d’être disponible pour ces actes de compagnonnage en acceptant des supports simu, lui préfère assurer ses deux vols LAX et SFO plutôt que de donner l’exemple.

Chacun pourra donc se faire sa propre idée sur la façon de répondre à ce message insultant.

Par ailleurs, T Fontaine va plus loin dans la culpabilisation. Au lendemain de la publication des résultats d’Air France, plombés par ces bandits salariés qui réclament de la considération et un retour sur les efforts passés, alors que M Terner pérore que les vols annulés cet été ne le sont que du fait de ces mêmes bandits, voilà que l’addition de l’annulation d’une séance de simulateur nous est présentée : 10 000 euros, rien que ça !

Les questions qui sont venues immédiatement à l’esprit de nombreux pilotes sont emplies de bon sens :
Pourquoi avoir divisé unilatéralement par 3 la prime accordée aux supports simulateur ?
Que valent ces quelque 75 euros (1/30 prime instructeur) d’économie face à ces 10 000 euros ?
Pourquoi ne pas reconnaître une erreur et accepter de valoriser un acte essentiel nécessitant préparation et travail fourni pour apporter l’expertise nécessaire au compagnonnage ?

La réponse à ces questions, c’est la DGOA qui nous les donne et elle est cohérente avec la politique sociale de l’entreprise : ne rien lâcher aux gueux, quoi que ça coûte !

QUESTION ALTER N° 201807416 Supports simulateurs

Le nombre de support simulateur est en croissance constante du fait des charges d’instructions. Le chef pilote 320 s’est plaint du refus de certains pilotes d’effectuer ces supports. Les DPNT d’ALTER, pour remédier à ce manque de vocation, demandent à la direction d’attribuer 1/10 de prime instruction (comme cela se faisait avant qu’une note de direction ne réduise cette prime à 1/30) aux activités support simulateur et de fournir les mêmes facilités aux pilotes supports qu’aux instructeurs (chambre d’hôtel et/ou voiture de location)
Réponse :
Il ne sera pas répondu favorablement à cette demande.

Chacun pourra donc se faire sa propre idée sur la façon de répondre à la considération de l’entreprise pour nos efforts