Accueil > Actualités > Communication & Média > Loi Travail XXL ALTER appelle à la mobilisation !

Loi Travail XXL ALTER appelle à la mobilisation !

8 septembre 2017

Loi Travail XXL
ALTER appelle à la mobilisation !

Le Président de la République a lancé en plein été des « concertations » sur la réforme du droit du travail, proclamant son « ouverture » au dialogue. Au même moment la presse publiait un avant-projet de loi quasiment ficelé, reprenant toutes les revendications régressives du Medef.

Ce projet de « réforme » part du postulat que la réglementation du travail est un frein à l’embauche !
C’est une approche dangereusement arbitraire et douloureusement contredite par de respectables institutions telles l’OCDE, l’OIT, la Banque mondiale et la note de l’INSEE de juin 2017. Pas forcément des ramassis de méchants rouges !

Le texte gouvernemental, sous couvert de pragmatisme, est en réalité un document idéologique, libéral, qui recycle les vieilles lunes de tout ce qui se fait en matière de libre-échangisme, qui ont pourtant partout démontré leurs échecs. L’enjeu autour de ce projet n’est pas « l’évidence économique orthodoxe » ! L’enjeu est bien plus une vision sociale entre, d’une part, une société entièrement livrée au marché et à l’individualisme où très peu d’élus trouveront place au soleil et d’autre part, une approche humaniste, solidaire et progressiste où l’on ne pourrait effectivement pas se gaver sans vergogne au détriment du plus grand nombre.

Depuis trop longtemps maintenant, les orientations gouvernementales vont toujours dans le même sens : plus de précarité et de flexibilité pour les salariés, plus de « souplesse » et de facilité à licencier pour les entreprises.

L’objectif à long terme, repris par les économistes des cercles libéraux, est bien de faire en sorte que nos patrons ne soient plus nos patrons, mais nos clients. Chacun vendra sa peau (et son travail !) au plus offrant, en concurrence avec son collègue. La généralisation des systèmes de « broker » pilote s’enclenche petit à petit (voir les auto-entrepreneurs pilote au sein de Ryanair !).

Des questions essentielles sont au cœur des 5 ordonnances : salaires, temps de travail, emplois, plafonnement des indemnités des licenciements abusifs, référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur, fusion des instances représentative du personnel, CDI précaire avec les contrats de « chantier »…

L’inversion de la hiérarchie des normes, poussée jusqu’au bout, comme le souhaite le gouvernement Macron, ce n’est plus de norme du tout, avec le retour à l’individualisation complète du contrat de travail !

Tous (sauf les ultra privilégiés) sont dans le collimateur : outre les fonctionnaires avec le gel des salaires et un énorme plan social de suppressions de 120.000 postes, les chômeurs, dont le gouvernement souhaite abaisser les droits, les retraités, dont les pensions vont subir une augmentation de la CSG, les jeunes, qui voient leurs droits attaqués (APL…), la suppression de cotisations sociales sont aussi dans la ligne de mire d’un pouvoir qui ambitionne de se servir sur nos droits collectifs et notre pouvoir d’achat pour servir les profits et les dividendes ! Les entreprises du CAC 40 qui ont versé 35 milliards d’€ à leurs actionnaires au 1er semestre 2017 peuvent dormir sur leurs deux oreilles !

Nous ne nous résignons pas à cette perspective ! Nous avons des revendications à défendre aussi crânement que la direction d’Air France : l’augmentation des salaires, la réduction du temps de travail, de nouveaux droits pour les salariés et leurs représentants, sont gages d’efficacité économique et sociale.

Car les évolutions voulues par le gouvernement n’épargneront pas miraculeusement les salariés d’Air France en général et les Pilotes en particulier ! Tout au contraire, ces nouvelles attaques du gouvernement vont trouver écho auprès de la direction de l’entreprise (qui annonce déjà, l’encre de la signature de « Trust Together » à peine sèche, la nécessité de poursuivre dans cette voie) et venir se rajouter à ce que nous subissons déjà.

Nos salaires sont bloqués depuis trop longtemps. La diminution des jours de repos et de congés, les DDA refusés… ont une répercussion certaine sur la vie de famille et sur notre niveau de fatigue.
Le sous-effectif généralisé avec ses conséquences sur les conditions de travail devient dramatique.

De plus, qui peut raisonnablement croire que la refonte du Comité d’entreprise, des DP et du CHSCT en une seule entité répondant au doux nom de « Comité social et économique » permettra de « contraindre » davantage les directeurs ? Les droits d’alerte et l’autonomie pèseront d’autant moins lourd que les multinationales telles Air France verront largement libérée leur capacité à « organiser » leurs « difficultés » (évaluées par elles...) pour justifier l’imposition de nouveaux sacrifices : majorations des nuits, flexibilité, primes, horaires de travail, congés…

Cette nouvelle loi permet au patronat de se débarrasser de tout socle légal minimum. Et quand bien même l’on nous assure que l’accord d’entreprise devra avoir été négocié, outre la capacité donnée aux directions de contourner le dialogue social institutionnel par recours au référendum, la direction saura toujours trouver quelqu’un pour « négocier le poids des chaînes » !

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, CFE-CGC, UNEF appellent les salarié-e-s, les jeunes, les retraité-e-s, les privé-e-s d’emploi à se mobiliser le 12 septembre, dans l’action et la grève, pour contrer cette Loi Travail XXL et ouvrir des perspectives porteuses de progrès social.

ALTER se joint à cet appel et invite les Pilotes à se déclarer en grève afin de signifier leur refus d’une telle régression.

Le 12 septembre,
exigeons le RETRAIT de la Loi Travail XXL !
Manifestation à Paris - 14h :
Bastille - Place d’Italie et partout en province.

PDF - 113.6 ko