Accueil > Actualités > Communication & Média > Rémunération, L’épilogue ?

Rémunération, L’épilogue ?

8 juin 2018

Rémunération
L’épilogue ?

Les organisations professionnelles pilotes ont eu une attitude responsable : elles ont suspendu le conflit et recherché le dialogue depuis la prise de fonction de madame Couderc, lui laissant plusieurs semaines pour prendre ses repères et procéder à un état des lieux.
Plus d’un mois après la consultation-échec de la Direction, nos demandes fondées et jugées comme telles par une majorité de pilotes restent insatisfaites. Pendant ce temps, les pilotes KLM ont obtenu 4 % en grille (1,5 % au 1er janvier 2018, +1,5 % au 1er novembre 2018 et +1 % au 1er février 2019) et l’équivalent de plus de 4 % au travers d’un jour de repos en plus par mois sans avoir essuyé un seul jour de grève. Les PNC de KLM ont également obtenu l’équivalent de 4 % d’augmentation (3,5 % d’augmentation en grille avec un talon de 50 € mensuel minimum). Les personnels sol sont en cours de négociation.
A Air France, avec le résultat de la consultation et le départ de Jean-Marc Janaillac, le temps semble suspendu. Pourtant, le travail syndical de vos représentants n’a pas cessé. Nous avons d’abord connu une phase où la direction, un peu sonnée, s’est réfugiée derrière l’absence de PDG pour bloquer tout contact. Puis, notre entretien avec madame Couderc a été l’occasion d’expliquer qu’un compromis était à notre portée sans remettre la stratégie d’Air France en question. Les échanges se sont ensuite poursuivis.
Malheureusement, à ce stade, ces discussions n’ont jamais permis de dépasser le niveau prévu dans l’accord rejeté par les salariés restreint aux années 2018 et 2019 mais en jouant sur le calendrier.
Il est maintenant temps de passer à des mesures et à des solutions concrètes. Elles sont annoncées pour le CCE du 14 juin et donnent lieu à des pronostics très variés. Selon madame Couderc, rencontrée par le SNPL la semaine dernière et le SPAF ce jour, rien n’est encore arrêté. Comme souvent, la technostructure d’Air France ne semble devoir réagir que sous la pression.

Pour un syndicat pilote, dans ces circonstances, il y a trois types de réactions possibles : attendre, attendre et encore attendre, déposer un préavis sans limites et immédiat, ou prévenir clairement que si le niveau de l’annonce du 14 juin n’est pas satisfaisant, les pilotes renouvelleront leur mouvement social. C’est cette dernière option que nous avons retenue. Elle a le mérite d’annoncer la couleur et celui de la transparence.
Si les annonces sont suffisantes, ce préavis sera levé.
C’était la meilleure solution pour amener la direction à ne plus nous décevoir.
Ce nouvel appel à la grève se fera en intersyndicale. Ce choix est assumé par nos trois bureaux car il est cohérent avec les informations dont nous disposons. Nous avons la certitude que seuls, y compris en discutant pour le seul compte des pilotes, nous n’obtiendrons ni plus ni plus rapidement.

Le SNPL, le SPAF et ALTER appellent l’ensemble des pilotes à cesser le travail :
ARRÊT DE TRAVAIL
Du 23 juin 2018 00h00 au 26 juin 2018 à 23h59
(heures locales de Paris)

Les Bureaux

PDF - 165.9 ko